Accident vasculaire cérébral : le 15 conduit en urgence les AVC dans les unités neuro-vasculaires

Nicolas Chaze  -  mer, 16/05/2018 - 07:00

L’accident vasculaire cérébral (AVC), ou « attaque cérébrale », correspond à l’obstruction ou à la rupture d’une artère dans le cerveau. Il s’agit d’une urgence médicale absolue car chaque seconde le malade perd des cellules dans son cerveau. Il faut appeler le 15 pour le traiter dans un centre spécialisé.

Qu'est-ce qu’un accident vasculaire cérébral ?
Un accident vasculaire cérébral ou « AVC », également appelé « attaque cérébrale », est une perte soudaine de la fonction d’une partie du cerveau.
L’AVC est provoqué, soit par un arrêt brutal de la circulation sanguine à l'intérieur d’une artère du cerveau, soit par la rupture d’une artère avec saignement dans le crâne ou le cerveau.
L'arrêt de la circulation du sang ne permet plus un apport suffisant en oxygène et en éléments nutritifs pour les cellules nerveuses. Cela entraîne la mort de ces cellules, au niveau de la zone du cerveau touchée par l’artère bouchée ou rompue (« infarctus cérébral »). La rupture d’une artère cérébrale aboutit à un saignement à l’intérieur du crâne, voire du cerveau ce qui provoque formation d’un hématome qui peut devenir compressif du fait de l’inextensibilité de la boite crânienne.
La gravité de l'accident vasculaire cérébral va dépendre de la localisation et de l'étendue des zones cérébrales touchées. En effet, chaque zone du cerveau est spécialisée (motricité ou sensibilité de la main, du bras de la jambe, parole, vision…). Un accident localisé va supprimer une fonction en partie ou en totalité. Un accident étendu va être responsable d’une paralysie de toute la moitié du corps (« hémiplégie ») ou du décès.
On distingue deux types d’accidents vasculaires cérébraux : les infarctus cérébraux et les hémorragies cérébrales ou méningées.
• Les infarctus cérébraux (80 % des AVC) sont surtout la conséquence de l’obstruction d’une artère cérébrale par un caillot de sang (« thrombus ») qui vient se bloquer dans l’artère quand son calibre dépasse celui de celle-ci. La principale cause des infarctus cérébraux, c’est surtout l’athérosclérose avec la formation d’une plaque d’athérome dans une artère du cou ou du cerveau, qui va s’ulcérer à un moment donné ce qui amènera à la formation d’un caillot ou « thrombus ». C’est la migration de ce thrombus ou d’un morceau de la plaque qui va aller boucher une artère cérébrale. Certaines maladies du cœur, comme les troubles du rythme cardiaque (« fibrillation auriculaire ») peuvent favoriser la formation d’un thrombus dans le cœur : celui-ci peut ensuite être entrainé dans le courant sanguin et se bloquer dans une artère cérébrale. (...)

Auteur de l'article original: 
Rédaction Pourquoi Docteur ?
Source: 
Pourquoi Docteur ?
Date de publication (dans la source mentionnée): 
Dimanche, 13. Mai 2018