Jeux vidéo, alimentation, éternuement… 5 gestes pour retarder Alzheimer

Nicolas Chaze  -  ven, 21/09/2018 - 09:19

La recherche ne parvenant pour l’instant à trouver un traitement, l’accent est désormais mis sur la prévention et les bons comportements à adopter pour se prémunir contre la maladie d’Alzheimer.
Alzheimer ne se guérit pas. « Mais on peut retarder de plusieurs années l’apparition des symptômes et donc de la dépendance », assure le professeur Philippe Amouyel, directeur de la Fondation Plan Alzheimer et auteur du passionnant « Guide anti-Alzheimer » (Cherche midi, 19 euros). Il donne des astuces du quotidien pour aider le cerveau à résister. Ses conseils sont à mettre en pratique dès 45 ans et à accentuer à 65.

Lire tous les jours
Un polar, un journal, voire des prospectus… qu’importe le support pourvu qu’il y ait la lecture. « C’est l’activité anti-Alzheimer par excellence, rappelle le Pr Philippe Amouyel. Lire fait travailler l’ensemble du cerveau. Cela aide à mémoriser, à comprendre, à critiquer ». S’y adonner tous les jours - avant de dormir, dans les transports - fait augmenter le « capital cerveau », contrairement à la télévision qui rend passif. Accro au petit écran ? « Au moins, insiste-t-il, ne l’allumez pas pendant les repas et dans la chambre à coucher ».

Jouer à la console
Le jeu vidéo rend hagard ? « Pas si simple… On a vu qu’il boostait le cerveau des seniors », répond le Pr Amouyel, qui s’appuie sur une étude de l’université de Californie à San Francisco. Les chercheurs ont testé un jeu de conduite sur une route sinueuse chez des 60-85 ans. Une meilleure concentration et une amélioration de la mémoire ont été constatées. Pour autant, inutile de choisir des jeux violents et solitaires. « Je conseille Mario Kart, nous indique le médecin. Il entretient la vivacité et les personnes âgées peuvent y jouer avec leurs petits-enfants ou leur entourage ! ».

Adopter le régime méditerranéen
« Inutile d’acheter des compléments alimentaires et autres poudres de perlimpinpin », note la neurologue Marie Sarazin*. Le seul régime validé aujourd’hui est le méditerranéen. Son impact est favorable pour limiter la vitesse du déclin cognitif. Au menu, poissons gras (comme le saumon, le maquereau), fruits, légumes (pas trop cuits) mais aussi de l’huile d’olive (un peu tous les jours), des noix et noisettes. Limitez les viandes rouges. L’alcool doit être consommé « avec grande modération » et la cigarette, cette ennemie du cerveau, éteinte. Assaisonnez le tout d’activité physique, avec par exemple, 30 minutes de marche par jour.

Vérifier son audition (...)

Auteur de l'article original: 
Florence Méréo
Source: 
Le Parisien
Date de publication (dans la source mentionnée): 
Vendredi, 21. Septembre 2018