L’addiction aux écrans, fléau pour les jeunes au même titre que le tabac ? Toutes les questions qui se posent quand on est parent

Nicolas Chaze  -  jeu, 08/12/2016 - 11:34

François-Marie Caron : A propos des risques médicaux, le seul qui soit particulièrement problématique est le sommeil. Les écrans proches comme les tablettes et les smartphones coupent en partie les hormones de sommeil pour stimuler l’éveil via la lumière bleue. Les autres effets sont liés à une mauvaise utilisation de ces écrans.

En ce qui concerne le développement de l’enfant, c’est totalement différent. Avant l’âge de 3 ans, les plus petits sont incapable de comprendre le contenu d’un dessin animé. Ils regardent quelque chose qui va les impressionner, les éveiller, mais devant une image qui change toutes les 4 secondes, ils n’ont pas le temps de comprendre vraiment, ils sont dans le flou. Non seulement c’est inutile pour les enfants mais en plus cela les excite et les perturbe, ils n’en tirent aucun bénéfice. Ces dessins animés sont regardés au dépend des relations humaines qui, elles, sont positives pour la construction de l’enfant.

Les différences entre un jeu sur tablette et un jeu dans la vraie vie sont importantes. Dans la réalité, un jeu de cube nécessite l’utilisation de différents mouvements plus ou moins rapides ainsi que la vision, le toucher, le sens de l’espace (et même souvent le goût). Sur une tablette, un jeu de cube ne va éveiller que la vision et un ou deux doigts.

Pour qu’un enfant réussisse à acquérir un langage, il faut qu’il discute, qu’il échange. De même, pour l’apprentissage d’une langue étrangère, il est impossible qu’un enfant apprenne à parler en regardant un DVD sans avoir de relation avec autrui. Tout le temps qu’il passe seul devant un écran est une perte de temps pour le développement de son cerveau. Avant l’âge de 3 ans, l’enfant n’a aucunement besoin de se trouver devant un écran. Toutefois, dans le cadre d’une visioconférence avec un membre de la famille, il y a un échange et ce n’est donc pas à proscrire.

Tout cela concerne les repères spatiaux, mais nous ne devons pas oublier les repères temporels. Lorsque vous lisez une histoire à votre enfant, il y a un début, un milieu et une fin. Devant une tablette il n’existe plus aucun sens. Avant que l’enfant ait acquis ses repères spatio-temporels, il est donc déconseillé de passer du temps devant une tablette. (...)

 

Auteur de l'article original: 
Interview Atlantico - François-Marie Caron
Source: 
Atlantico.fr
Date de publication (dans la source mentionnée): 
Vendredi, 2. Décembre 2016