Oubliez-vous vos idées reçues sur l'épilepsie!

Nicolas Chaze  -  mar, 07/02/2017 - 07:00

Il y a l'idée fausse que la crise d'épilepsie se présente uniquement sous forme de crise dite de "grand mal", avec hyper-extension, convulsions, perte de conscience...

L'épilepsie touche 500.000 personnes en France et 75 % des cas se déclarent avant 18 ans.

L'épilepsie est une des maladies neurologiques les plus fréquentes, se caractérisant par des crises récurrentes qui altèrent la transmission des informations par les neurones. Elle touche environ 430.000 personnes en France et plus de 50 millions dans le monde. Plusieurs traitements sont disponibles mais, à l'heure actuelle aucun n'est curatif. L'efficacité et les effets indésirables d'un antiépileptique peuvent varier d'une personne à une autre.

Il y a l'idée fausse que la crise d'épilepsie se présente uniquement sous forme de crise dite de "grand mal", avec hyper-extension, convulsions, perte de conscience... Une crise, peut correspondre à des symptômes extrêmement variables et parfois très ténus. Par exemple chez l'enfant, elle peut se manifester par des crises d'absences de quelques secondes pendant lesquelles il y a plus aucune interaction avec l'environnement. Chez certains patients, ces pertes de conscience peuvent se répéter plus de 200 fois par jour. Une crise peut également se manifester par un simple tremblement de la lèvre supérieure ou par des troubles beaucoup plus complexes touchant la sphère consciente, par exemple un sentiment soudain d'étrangeté, de déjà vu ou une représentation anormale de la réalité à un moment donné.

L'épilepsie est encore une maladie "sacrée", les patients ont du mal à dire qu'ils sont épileptiques. Le fait qu'elle soit "mal perçue" date de l'Antiquité et du Moyen-Age où l'on croyait qu'ils s'agissaient de "possessions diaboliques". L'épilepsie n'est pas une maladie psychiatrique, c'est une maladie neurologique! Et même si les troubles déclenchés par la crise touchent l'expérience mentale, la représentation du monde, les hallucinations... il s'agit bien d'une maladie neurologique.

À un moment donné, les neurones et les réseaux de neurones ont une activité anormale, intense, hyper-synchronisée au niveau d'une région plus ou moins étendue du cerveau. Les conséquences pour le cerveau sont très importantes puisque la crise empêche le bon fonctionnement de la région touchée et donc modifie les fonctions normalement associée cette région.

Certains facteurs environnementaux peuvent entraîner le déclenchement d'une crise, comme l'hyperventilation chez les enfants, certaines stimulations visuelles intermittentes intenses, le stress ou des émotions fortes...

(...)

 

Auteur de l'article original: 
Stéphane Charpier
Source: 
Huffington Post
Date de publication (dans la source mentionnée): 
Lundi, 6. Février 2017