Quand le brevet se passe à l'hôpital | Orthomalin

Quand le brevet se passe à l'hôpital

Nicolas Chaze  -  mer, 04/07/2018 - 07:00

Le 28 et le 29 juin 2018, les collégiens de toute la France plancheront sur les épreuves du brevet. Certains, malades, composeront depuis des hôpitaux.

Quelque 835.000 élèves de troisième vont passer les épreuves du brevet durant 2 jours : du 28 au 29 juin 2018. Mais tous ne vont pas plancher depuis les tables d'un établissement scolaire. C'est notamment le cas de Jason, 15 ans, "un peu stressé". Il est soigné pour un cancer depuis novembre 2017 : il a donc révisé chez lui et à l'hôpital, avec des profs de l'association "L'Ecole à l'hôpital". Avec deux autres adolescents de son âge, Jason composera dans une petite salle du centre de lutte contre le cancer Gustave-Roussy à Villejuif (Val-de-Marne), située à l'étage des enfants.

"Passer le brevet, c'est être comme les autres"
Il a déjà passé l'oral de cet examen. Parmi les thèmes proposés, il a choisi "le parcours santé", avec pour angle "les soins de support à l'hôpital". "Je connaissais bien le sujet", ajoute-t-il avec un petit sourire. Atteint d'un sarkome d'Ewing, une forme rare de cancer des os qui touche principalement les adolescents, il n'a pu se rendre dans son collège de Montreuil qu'en pointillé. Au vu de ses bons résultats scolaires des années précédentes, son établissement a décidé de le faire passer en seconde en 2019, quels que soient ses résultats à l'examen. Mais "passer le brevet, c'est être comme les autres", dit-il. Et peut-être aussi, faire plus que les autres...

L'adolescent, passionné par les langues étrangères, prépare en parallèle pour décembre 2018 le premier niveau du "JPLT", test d'aptitude en japonais. Pendant ses heures perdues, il invente aussi une langue étrangère, qu'il a baptisée le Llevitz, "

à partir de l'alphabet kazakh cyrillique", précise-t-il avec un clin d'oeil. "Je veux entretenir mon cerveau, je ne veux pas qu'il devienne du chewing-gum", raconte Jason, en se remémorant le brevet blanc qu'il a passé au printemps alors qu'il était en chambre stérile à l'hôpital. "J'ai lâché au bout de 30 secondes". L'adolescent a terminé en avril 2018 ses séances de chimiothérapie et vient de débuter des séances de radiothérapie.

Auteur de l'article original: 
Sciences et Avenir
Source: 
Sciences et Avenir
Date de publication (dans la source mentionnée): 
Vendredi, 29. Juin 2018