L’élaboration d’une batterie d’évaluation du langage écrit chez l’adulte | Orthomalin

L’élaboration d’une batterie d’évaluation du langage écrit chez l’adulte

Photo
Claire CUISNIER  -  lun, 10/09/2012 - 00:00

Catégorie: 
Langage écrit
Année de validation du mémoire: 
2 011
Nom de l'école (et ville): 
Université de liège (ULG) - Belgique
Description: 
La dyslexie développementale est définie comme étant un trouble spécifique du langage écrit qui persiste à l’âge adulte. Or, très peu d’études francophones se sont attachées à mesurer les difficultés qui perdurent à l’âge adulte (Sprenger-Charolles et al., 2000). En raison d’un manque d’outils d’évaluation du langage écrit et des habiletés cognitives associées, destinée à l’adulte, nous avons élaboré une batterie d’évaluation basée sur les modèles d’acquisition du langage écrit. Celle-ci inclut dans son évaluation les habiletés phonologiques telles que la conscience phonologique et la dénomination rapide. L’évaluation de ces habiletés phonologiques est fondamentale car elles participent au développement de la lecture (Wagner & Torgesen, 1987). En outre, il existe aujourd’hui un large consensus au sein de la communauté scientifique pour affirmer que la dyslexie développementale est sur le plan cognitif sous-tendue par des déficits phonologiques (e.g. Lyon et al., 2003 ; Snowling, 2000). Cette batterie a été administrée à quatre-vingt-deux étudiants normo-lecteurs afin de déterminer les performances en langage écrit d’une population universitaire. Puis, nous avons administré cette même batterie à neuf étudiants qui ont été diagnostiqués dyslexiques durant leur enfance afin d’évaluer la validité et la sensibilité des épreuves proposées. L’analyse des résultats suggère que la plupart des épreuves de la batterie sont pertinentes pour confirmer ou diagnostiquer une dyslexie à l’âge adulte. En effet, les résultats indiquent que les performances des dyslexiques sont majoritairement inférieures à celles des normo-lecteurs. En outre, nos résultats sont en accord avec la théorie phonologique étant donné que les performances des dyslexiques sont déficitaires lorsque les épreuves mettent en jeu la dimension phonologique (Ramus et al., 2003 ; Snowling, 2000). Par ailleurs, les données de notre étude indiquent qu’il est possible d’évaluer les difficultés persistantes des dyslexiques ayant atteint un niveau de lecture fonctionnel.
Coordonnées du/des auteur(s):